“Aucun échec ordinaire, comme une maladie ou un échec financier ou professionnel, ne résonne aussi cruellement dans l’inconscient qu’un divorce.
Le divorce touche directement à l’origine de l’angoisse. Et il la ravive. C’est la plus profonde des blessures que la vie nous inflige.”
Botho Strauss.
Philippe Bertrand, sur Wilhelm Reich.

Philippe Bertrand, sur Wilhelm Reich.

poire

… j’arrive dans une réunion professionnelle festive. Je gagne ma place à table, face à B (r). Je comprends que je n’ai pas pris en passant un cadeau et retourne le prendre. Je mesure en passant entre les tables que je suis torse nu, et un peu gêné, essaie de me faufiler discrètement, sans manquer néanmoins de saluer ou d’embrasser des connaissances. De retour à mon siège, je trouve avec soulagement une chemise rose sur le dossier de ma chaise et me dépêche de l’enfiler. B (r) a pris un micro et  annonce à la salle que moi, la « généreuse personne » avec qui  il travaille, vais devoir participer au premier jeu. Je gagne une estrade tout en boutonnant ma chemise et écoute les explications d’un jeu qui m’apparaît incompréhensible. Je vais devoir prendre et goûter des morceaux d’aliments, dire leurs caractéristiques (couleur, clair ou foncé, mou ou dur, sucré ou salé, etc.) et cela rapidement car le jeu est chronométré, les affecter à l’un des paniers devant moi… 

“Elle allaitait, la vachasse, c’était clair.”
Michel Houellebecq, Les particules élémentaires.

(Source: thenippleslip)

Lucy Fur.

Lucy Fur.

J’ai retrouvé les invitations à lire de Christophe Bourseiller  dans sa Bibliothèque secrète. Parmi les livres évoqués, j’avais retenu ces quelques ouvrages :

Peter Sotos, Total abuse.
« Total abuse est de façon certaine le livre le plus atroce, le plus innommable de cette bibliothèque.
Le lecteur subit trois cents pages de tortures abjectes, de crimes abominables et de viols à répétition.
 »
Mais les éditions Désordres n’ont pas encore traduit ce livre, à lire uniquement en anglais.

Baudoin de Bodinat, La vie sur terre, Réflexions sur le peu d’avenir que contient le temps où nous sommes.
« Bodinat nous pousse dans un puits d’eau sale.
La vie pèse ici d’un poids insupportable. On la traîne comme un boulet, sans pouvoir rien changer. Et ce glas : “J’en suis venu à cette conclusion qu’il faut renoncer”.
Chaque matin la sphère de l’existence se rétrécit, tandis que l’air devient toujours plus irrespirable.
 »

Nikolaï Volkov, La secte russe des castrats.
« Ce répugnant document d’histoire religieuse porte sur une société si secrète…que personne en la connaît. La secte des castrats est pourtant active depuis le XVIIIème siècle.
Faut-il préciser que les adeptes se châtrent au couteau, durant de barbares cérémonies ? Les castrations s’effectuent bien évidemment sans aucune anesthésie.
L’étude s’enrichit par ailleurs de photos chirurgicales et abominables.
»

Alexander Trocchi, Le jeune Adam.
« Ce roman est une merveille. Un texte profondément sombre et pervers, à l’image d’un corps de femme basculant dans les eaux noires. Faut-il y voir un roman policier ? Sans doute, puisque Trocchi dépeint une scène de crime. Mais il s’agit aussi d’une œuvre profondément érotique, marquée par le frôlement des doigts sur une jambe gainée de soie, l’effleurement d’un sein, la rencontre des bouches… »

streamofsubconscious:

Josef Albers.

streamofsubconscious:

Josef Albers.